Archives de Catégorie: Littérature française

Anne Percin, Bonheur fantôme

Par défaut

Percin - Bonheur fantômePendant que je me marrais, R. est allé chercher dans un tiroir deux petits couteaux dont il a frotté les lames l’une contre l’autre pour les affûter. Je continuais à regarder la bête. Ses gros yeux ronds étaient opaques, sa bouche entrouverte laissait voir ses dents jaunes. Quelle pitié que ce soit si joli, un lapin ! Avec un poisson ou une poule, on n’aurait pas eu tant de scrupules. J’avais posé les carottes de Paulette à côté. Le tout évoquait un tableau de Rosa Bonheur qui est à Bordeaux, on y voit deux lapins fauves contemplant avec enthousiasme un tas de carotte et un gros navet jaune. Sauf que dans son tableau, les lapins sont vivants. Nous, on faisait dans la nature morte.

Babel, page 87

Pierre a quitté Paris, sa thèse sur Simone Weil, ses amis et le mannequinat pour s’installer à la campagne, faire les brocantes et écrire la biographie de Rosa Bonheur, une peintre féministe du XIXe siècle qui peint des vaches – entre autres. Il a surtout quitté R., cet homme qu’il craignait tant de perdre. Alors, à La Flèche, il vit du minimum : minimum d’argent, minimum d’émotions et minimum de sentiments. Sauf qu’à défaut d’argent, des émotions et des sentiments, Pierre en a à revendre, qui bouillonnent en sourdine sous son crâne et dans son ventre, qui remplissent le vide de rien et le rien d’amour. Dans ce paysage calme peuplé de personnages épars, il apprend peu à peu : à dépecer les lapins et à dompter ses fantômes.

Une quête identitaire en pays sarthois, pourquoi pas. Écrite par Anne Percin, avec plaisir. Au final, un roman haut en couleurs, où pudeur et provocation entrent en harmonie. L’on découvre peu à peu l’histoire de Pierre en même temps qu’il apprivoise son existence. Humour, douleur et douceur parsèment son chemin où le deuil a laissé sa marque, à côté de l’insécurité, du bonheur et des erreurs. Bonheur fantôme porte bien son nom : sous couvert de peu d’événements, c’est le tourbillon d’une vie qui cherche à se vivre.

Découvrez aussi La Femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette et Je ne retrouve personne d’Arnaud Cathrine.

Écoutez les premières pages !

Publicités

Timothée de Fombelle, Le Livre de Perle

Par défaut

fombelle-le-livre-de-perleChaque année, la veille de Noël, la Maison Perle s’ouvrait aux enfants. Ils arrivaient au galop en hordes barbares dans la rue, revenant de l’école avec leurs cartables. Ils s’arrêtaient essoufflés à la porte, restaient un peu sur le trottoir, prenaient le temps de recoller leurs cheveux en se regardant dans la vitrine, puis ils entraient un par un, sans se bousculer, visages d’angelots enrhumés dans leurs écharpes. Les filles trop grandes donnaient la main aux petites pour faire oublier leur âge. Les enfants sages tâchaient de l’être encore plus, avec des « Bonjour, madame » et des « Bon Noël, monsieur ». Même les voyous, la casquette roulée dans la main, étaient hypnotisés par l’ordre, la lumière dorée, les cuivres, l’impression de marcher dans un nuage de sucre glace. Ils tiraient leur pantalon pour cacher leurs genoux salis par les parties de billes.

Ils recevaient chacun une guimauve emballée dans un papier blanc imprimé de rouge pour l’occasion.

Le 24 décembre, les enfants avaient le droit de passer devant les clients qui se pressaient dans la boutique. Une fois servis, ils tardaient à repartir tant ils se sentaient bien. Chaque pas était au ralenti. Aucun d’eux, pourtant, n’aurait osé repasser deux fois au comptoir et risquer la condamnation aux « sept années ». C’était la menace que répétait M. Perle. Sept années sans guimauve de Noël si on resquillait. Quand on a six ou huit ans, ces sept années valent la perpétuité.

Gallimard Jeunesse, pages 67-68

Dans Le Livre de Perle, les histoires s’enchevêtrent et se nourrissent. Tout d’abord, il y a celle du prince Ilian, qui vient d’un monde lointain où la magie existe encore. D’ailleurs, Ilian est amoureux d’Olia, une fée qui souhaite devenir mortelle pour afin de vivre cet amour. Mais, victime de la jalousie de son frère tyrannique, il est condamné à l’exil et se retrouve au cœur d’un monde qui ne croit plus au sien : le nôtre. Il y a donc également l’histoire de Joshua, ce garçon qui vient d’on ne sait trop où et qui est quasi-amnésique. Il est adopté par un couple de confiseur, les Perle, qui seront déportés lors de la Seconde Guerre mondiale tandis que lui sera au front. Ensuite, il y a celle du narrateur, un jeune garçon dont le chemin croise celui du vieux Joshua Perle. Ce dernier n’a eu de cesse, toute sa vie, de chercher les traces de magie afin d’inverser le sort dont il a été la cible. Car quand un prince aime une fée, dans un monde ou dans l’autre, c’est éternel.

Avec son indéniable talent, Timothée de Fombelle nous livre à nouveau un ouvrage, entre réel et féerie, dont la poésie et la profondeur ne peuvent que remuer. Avec des phrases dont la limpidité font l’évidence, il nous parle d’amour, de guerre, de filiation et de mémoire. Sous sa plume, même la violence sait se parer des atours de la douceur, et bouleverse ainsi un lecteur transporté. Il raconte la quête universelle d’un absolu personnel, d’un but à la vie, d’un fragment de beauté et d’éternité. Les personnages se sondent eux-mêmes en cherchant les autres. Quant à ce qu’ils trouvent, c’est souvent flou. Mais certainement ils nous offrent un grand roman d’aventures qui porte aux nues les pouvoirs de l’imaginaire et de l’imagination.

Du même auteur, lisez Neverland et Tobie LolnessTobie Lolness.

Découvrez aussi La Quête d’Ewilan de Pierre Bottero et En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut.

Écoutez les premières pages !

Jean-Claude Piquard, La Fabuleuse Histoire du clitoris

Par défaut

Piquard - La Fabuleuse Histoire du clitorisQui a peur du clitoris ? Existe-t-il un obscurantisme clitoridien ?

L’enquête auprès de ces collégiennes de 14 ans est plutôt éloquente : la difficulté qu’elles ont à représenter, pour la plupart, leur organe sexuel, démontre leur méconnaissance sur ce sujet. Ces jeunes filles courraient-elles un danger si on leur parlait de leur propre corps, de leur clitoris ? Et quel danger ? On leur enseigne pourtant que leur corps leur appartient, que c’est à elles de choisir comment elles en disposent… sauf de leur vulve et de leur clitoris dont on leur dissimule l’existence aujourd’hui encore.

Visiblement, différents modèles de pensée s’affrontent : si leur corps leur appartient, logiquement, elles en ont la jouissance, elles peuvent en jouir, sans limites. Or nous venons de voir que notre culture – y compris l’Éducation nationale qui, d’après les textes officiels, devrait enseigner l’éducation sexuelle – en fait leur dissimule leur vulve, leur clitoris, ce qui leur en interdit tacitement l’usage.

Aujourd’hui encore, la sexualité reste avant tout le rapport à l’autre. L’usage solitaire de la sexualité, la masturbation, n’a pas totalement retrouvé sa légitimité, tout comme l’usage du clitoris pendant la relation sexuelle.

H&O éditions, pages 27-28

Clitoris, j’écris ton nom. Et ça n’arrive pas souvent qu’on le fasse ou qu’on en parle, encore moins qu’on l’étudie, alors qu’on le réfléchisse…

Cet organe – pas si petit qu’il n’y paraît au premier abord – est le seul exclusivement voué au plaisir. Une belle trouvaille. Mais il est également l’objet de luttes idéologiques qui durent depuis l’Antiquité. Et encore aujourd’hui, alors que notre monde s’autorépute libre, il est affolant de voir qu’il est soumis à un silence quasi-complet. En témoigne cette étude réalisée sur des adolescents de 14 ans : si globalement l’appareil sexuel masculin ne fait aucun mystère, très peu savent représenter celui de la femme. Du dessin abstrait à la coupe transversale des manuels d’anatomie, le clitoris est en tout cas exclu. D’où vient cette non-connaissance ? Comment, alors que déjà Hippocrate le reconnaissait comme l’épicentre du plaisir féminin, peut-il aujourd’hui être occulté de cette manière ?

Jean-Claude Piquart retrace son histoire passionnante, histoire qui entre nécessairement en échos avec celles des mœurs et de la société, les unes et les autres s’éclairant et se présageant. L’on comprend ainsi l’influence des Églises, des croyances médicales liées à la procréation, du natalisme et du freudisme sur ce recul. L’auteur met au jour l’effacement progressif de la représentation du clitoris d’ouvrages de référence comme la Gray’s Anatomy et aide à comprendre comment le XXe siècle, qui est pourtant celui de la libération de la femme, a pu perpétuer une telle négation de cet organe génial. Nécessairement, on s’interrogera sur la définition d’un terme très répandu comme « orgasme », mais également sur ce manque cruel de mots qui touche un domaine pourtant partagé, celui de la sexualité.

La Fabuleuse Histoire du clitoris est très accessible : c’est dans une langue claire et avec de nombreuses illustrations pour appuyer son propos que Jean-Claude Piquart donne ses lettres de noblesse à ce fameux « bouton de rose ». Il était temps !

Découvrez aussi Beauté fatale de Mona Chollet et Enfin insécurisée. Vivre libre malgré le totalitarisme sécuritaire d’Eve Ensler.

Écoutez les premières pages !

 

Saphia Azzeddine, La Mecque-Phuket

Par défaut

Azzeddine - La Mecque-PhuketBien sûr lorsqu’on se vannait avec mon frère et mes sœurs, on s’arrangeait pour ne pas être entendus, et encore moins compris. Mon père changeait de chaîne au moindre baiser, alors pour une couille, il aurait pu nous assommer. Et vu les programmes de la télé française aujourd’hui, un cul pouvait surgir de nulle part, à n’importe quelle heure, même le dimanche matin sur la 2 ce n’était pas impossible. Donc, forcément, quand mon père était là, on se tapait les chaînes marocaines qui passaient d’une recette de cuisine à un chant coranique et d’un chant coranique à une recette de cuisine. Toujours à base d’huile. Et de kasbour. Kalsoum, Shéhérazade et moi débarrassions la table puis la cuisine. Mon frère tentait de faire illusion avec de grand gestes mais ne touchait pas à grand-chose au final et disparaissait dans les étages avec les potes.

J’ai lu, pages 41-42

Fairouz est une effrontée, mais une bonne fille malgré tout : elle bosse bien à la fac, aide à la maison, et travaille pour pouvoir offrir, avec sa sœur Kalsoum, le pèlerinage à la Mecque à ses parents. Simplement, elle répond un peu trop, ou pas assez, c’est selon. Elle prend parfois le temps d’expliquer, jamais de se justifier. Et c’est avec délice qu’on la suit au quotidien : Saphia Azzeddine lui confère un esprit caustique et des mots bien trempés. Entre son petit frère pro des plans galères mais pas mauvais bougre finalement, sa sœur qui est réellement une fille bien, l’autre rêve de célébrité, ses parents qui tour à tour s’efface ou leur en impose et sa meilleure amie qui doit lutter contre des décennies de franchouillardise familiale, elle dépeint un monde plein d’(in)humanité, où ce qui est censé être normal peine parfois à se faire accepter – mais peut-être cela reste-t-il trop fréquent. Alors, en remettant régulièrement de l’argent à l’agence de voyage spécialisée en voyages sacrés, elle regarde de l’autre côté de la rue, du côté des annonces qui clignotent et promettent un séjour radieux à Phuket.

Avec beaucoup d’humour, un peu d’ironie mais jamais de cynisme, l’auteure nous parle de la vie dans la cité, du fait d’être Arabe et/ou musulman et de le revendiquer, ou non. Elle nous parle de la famille, des rêves et des contradictions qui sont en chacun et que l’on peut accepter d’un sourire. Elle raconte les classes sociales, les luttes personnelles, les yeux au ciel et les éclats de rire. Elle amuse et fait réfléchir, un combo des plus gagnants. Alors c’est sans hésitation que, régulièrement, je relis ce court roman à la tonalité si vibrante.

Découvrez aussi Le Jour où Nina Simone a cessé de chanter de Darina Al-Joundi et Mohamed Kacimi et Au bonheur des ogres de Daniel Pennac.

Écoutez les premières pages !

Claire Lavédrine, Assumer son autorité et motiver sa classe

Par défaut

lavedrine-assumer-son-autorite-et-motiver-sa-classePour ma part, j’ai pratiquement généralisé l’utilisation du mot « jeu » plutôt qu’« exercice » à chaque activité : jeu verbal, jeu rythmique, jeu musical…

Évidemment, il s’agit de faire en sorte que cela ne soit pas qu’un « effet » de langage, mais que l’exercice présente un aspect ludique. Les élèves ne sont pas dupes et à la longue, le fait d’utiliser le terme « jeu » pour « exercice fastidieux » ne les fera pas longtemps prendre des vessies pour des lanternes. Cependant, avec un peu d’entraînement, vous pouvez rendre n’importe quelle activité ludique.

De Boeck Supérieur, pages 50-51

[J’aurais bien cité l’extrait où elle affirme qu’il ne faut pas avoir honte de manipuler les élèves, mais je ne le retrouve plus dans la masse d’inepties. Dénaturer sciemment le jeu et duper les élèves discrètement c’est pas mal aussi.]

Bon, déjà le titre m’avait fait tiquer : Assumer son autorité et motiver sa classe. Petite formule qui m’avait donné envie de creuser un peu, histoire de voir la quantité de tourbe que je pourrais trouver. Ensuite j’ai vu la taille du livre, qui m’a donné envie d’aller voir ailleurs si j’y étais. 400 pages d’idées remâchées en concepts révolutionnaires, d’évidences mises à la sauce de l’innovation et de confusion entre pédagogie et manipulation, ça fait beaucoup. Mais qu’à cela ne tienne, c’était parti. Et je n’ai pas été déçue. Rien de tel pour travailler ma respiration, calmer l’énervement soudain et tenter de mettre en sourdine un agacement continu. Ça peut toujours servir.

En deux grandes parties – centrées sur le verbal et le non-verbal –, Claire Lavédrine nous donne ses trucs et astuces face à la classe, sous couvert d’une réflexion empirique. Ce n’est pas que tout est à jeter dans ce qu’elle dit – elle verse trop dans le convenu pour cela –, mais elle noie ce qu’il y a de pas complètement inintéressant dans des préceptes qui n’ont de pédagogique que le vernis. D’ailleurs, elle assume parfaitement s’inspirer du marketing et en appliquer directement les techniques. Et ce faisant, elle dilue potentiellement la réflexion du lecteur-professeur néophyte. Si l’on ajoute à cela un ton donneuse de leçon « je vais t’aider à te développer personnellement » faussement modeste, des petites blagues censées instaurer une complicité avec le lecteur,

et des passages en gras et en exergue pour si jamais on n’arrive pas à comprendre tout seul les informations essentielles,

j’ai régulièrement eu envie de me servir de ce pavé pour m’assommer et oublier, et ainsi passer de la PNL à la PLS.

Si la pédagogie vous intéresse, je vous conseille d’aller tout de suite voir ailleurs, ce sera forcément plus constructif. Réfléchissez, échangez, travaillez, essayez et lisez, certes, mais autre chose.

Découvrez plutôt Liberté pour apprendre de Carl R. Rogers et L’Influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine de Ruwen Ogien.

Écoutez les premières pages !

 

Olivier Bourdeaut, En attendant Bojangles

Par défaut

Bourdeaut - En attendant BojanglesÀ l’école, rien ne s’était passé comme prévu, alors vraiment rien du tout, surtout pour moi. Lorsque je racontais ce qui se passait à la maison, la maîtresse ne me croyait pas et les autres élèves non plus, alors je mentais à l’envers. Il valait mieux faire comme ça pour l’intérêt général, et surtout pour le mien. À l’école, ma mère avait toujours le même prénom, Mademoiselle Superfétatoire n’existait plus, l’Ordure n’était pas sénateur, Mister Bojangles n’était qu’un bête disque qui tournait comme tous les disques, et comme tout le monde je mangeais à l’heure de tout le monde, c’était mieux ainsi. Je mentais à l’endroit chez moi et à l’envers à l’école, c’était compliqué pour moi, mais plus simple pour les autres.

Folio, page 47

En écoutant Mr Bojangles, ils dansent. Ils dansent, ils rient et ils s’aiment follement. Le jeune narrateur conte ses parents, leur vie au rythme du plaisir sans concession, quitte à défier les expressions. Ses yeux d’enfant redéfinissent parfaitement la normalité, ses parents lui offrant chaque jour la preuve d’une raison qui n’est pas celle du monde extérieure. Sur le fil ténu de l’extravagance, cette famille triangulaire dont la mère est le sommet principal réinvente la vie. Et pourtant, la frontière est parfois invisible entre la fantaisie et la folie, spécialement lorsque la première est d’une sincérité confondante. Alors, en continuant d’écouter Bojangles, le père et le fils entrouvrent les yeux sur un monde possiblement moins heureux mais où l’amour ne peut que rester fou.

La prose d’Olivier Bourdeaut a la folie douce. Il joue avec les mots, les émotions et les situations, pour notre plus grand bonheur de lecteur. C’est avec finesse qu’il nous écrit une violence de l’intime, celle du doute et de l’amour absolu qui amène au bout du chemin, celle d’une enfance exceptionnelle qui se heurte à la réalité d’un monde qui lui est totalement extérieur. Mais surtout, c’est avec poésie qu’il déclame un hymne à la vie dansée et à l’amour. Un numéro d’équilibriste réussi, un château en Espagne à portée de main.

Découvrez aussi La Théorie du chien perché de Marie-Sabine Roger et La Vie devant soi de Romain Gary.

Écoutez les premières pages !

Timothée de Fombelle, Neverland

Par défaut

Fombelle - NeverlandJe me rappelle, vers huit ou neuf ans, m’être convaincu que j’étais l’objet d’une conspiration générale. Il me semblait que j’étais une fiction cultivée par mes parents et par tous ceux qui m’entouraient. De toute part, on essayait de me faire croire que j’étais bien moi-même, mais j’avais repéré les indices qui prouvaient que je n’existais pas. Et quand ils s’adressaient à moi le plus normalement possible, quand ils mettaient un couvert à mon intention sur la table, ils faisaient tous semblant que j’étais bien là.

Je n’en avais parlé qu’à mon grand frère. J’étais allé le retrouver dans sa chambre au milieu de la nuit.

À la fin, j’avais dit :

– Voilà.

Il était resté silencieux dans le noir. J’avais ajouté :

– Comme ça, tu sais.

Il avait pris le temps d’y réfléchir, avec beaucoup de gravité, et s’était finalement associé à mon sort, certain d’être victime de la même machination.

L’Iconoclaste, pages 31-32

Timothée de Fombelle part sur les traces de son enfance, à la recherche de ce pays où l’imaginaire est essentiel et dont le souvenir est doux lorsqu’on a eu la chance de pouvoir l’explorer en sécurité, en sortir intact. Sur le cheval de sa mémoire, il parcourt les confins de cet âge d’or. Pas d’histoire ici, mais des bribes de vécu mâtinées de cet onirisme si caractéristique de la plume de ce bel auteur.

Alors c’est avec un plaisir serein que j’ai tourné les pages de sa vie et ai remonté le fil de la mienne. Sûrement que je serais allée voir ma sœur si j’avais douté de mon existence. J’y suis certainement allée quand je doutais de tout le reste. Le plaisir des mots et chants partagés avec mes grands-parents, les retours de la campagne le dimanche soir, ramasser des noix, jouer aux trois mousquetaires et être récompensée d’un bol de céréales pour dîner, me faire porter jusqu’à mon lit, essayer de ne pas me réveiller. Il y a un peu de ça dans son Neverland, et il y en a beaucoup dans le mien. Il y a tant d’autres choses et Fombelle nous prête sa quête, ses mots, ses images et ses souvenirs pour que l’on puisse laisser notre esprit vagabonder, et retrouver cette part intime toujours présente. Dans les mots et les rêves, la littérature, les rires et la vie faite poésie. Et dans le faire semblant d’être adulte, responsable.

Du même auteur, lisez Tobie Lolness.

Découvrez aussi Jonathan Livingston le goéland de Richard Bach et La Mécanique du cœur de Mathias Malzieu.

Écoutez les premières pages !