Archives de Catégorie: Littérature arménienne

Fethiye Cetin, Le Livre de ma grand-mère

Par défaut

cetin-le-livre-de-ma-grand-mereLa cérémonie des obsèques se déroula en présence de la foule des fidèles qui sortait de la prière. Le religieux déclara à voix haute : « Que dieu pardonne ses péchés », puis demanda par trois fois « Accordez-vous votre pardon ? » L’assistance présente dans la cour répondit : « Oui, nous lui pardonnons ». Je n’ai pas pu empêcher ma voix de s’élever « Qu’elle nous pardonne… Qu’elle nous pardonne… C’est à elle de nous pardonner… de nous pardonner à tous ! » Tous dans l’assistance me regardaient stupéfaits, pourtant la plupart n’avaient pas saisi le sens de mes paroles.

Éditions Parenthèses, page 51

Toute sa vie, Héranouche Gadarian a vécu dans le silence de son histoire. Un silence partagé par la Turquie, son pays. Son autre pays. C’est une fois assez avancée en âge pour pouvoir se retourner avec un semblant de recul sur son passé qu’elle livre des bribes de ce dernier à Fethiye, sa petite-fille, auteure de cet ouvrage-hommage. Héranouche était une petite fille arménienne, dont la famille a été dévastée par le génocide. Une tourmente qui a dispersé les uns – sans qu’ils puissent se retrouver – et tué les autres. En dépit de ces horreurs, Héranouche a réussi se bâtir une vie et une famille aimante où il fait bon vivre dans un dénuement généreux. Fethiye mêle ici ses souvenirs à ceux de sa grand-mère, les enrichit d’éléments historiques, d’anecdotes apparemment insignifiantes et d’une enquête familiale pleine d’émotions.

Le Livre de ma grand-mère a certes un caractère honorifique. Mais il ne s’agit pas seulement pour l’auteure d’écrire à la mémoire d’Héranouche, de revenir sur son histoire familiale : cette dernière quitte la sphère privée pour s’inscrire dans un tout méconnu, voire nié. Le génocide arménien fige les êtres et les soumet à la loi du silence. Fethiye Çetin se trouve ainsi dépositaire d’une vérité enfouie qu’il faudra imposer à de multiples reprises pour que légitimité lui soit faite. Un combat pour la justice et la liberté qui remue, qui vit.

Découvrez aussi Parce qu’ils sont arméniens de Pinar Selek et Enfin insécurisée. Vivre libre malgré le totalitarisme sécuritaire d’Eve Ensler.

Écoutez les premières pages !