Jessie Burton, Miniaturiste

Par défaut

Burton - MiniaturisteNella est heureuse d’avoir quitté Assendelft, mais elle n’est plus chez elle nulle part – ni là-bas dans les champs ni ici au bord des canaux. À la dérive, elle se sent prête à échouer entre l’idée qu’elle se faisait de son mariage et sa situation réelle ; et le cabinet, superbe et inutile, le lui rappelle horriblement. La défiance de Johannes envers elle commence à se révéler. Combien de fois a-t-il disparu à la Bourse, à la VOC, aux entrepôts près des tavernes de l’est, où les pommes de terre ont la chair la plus moelleuse ? Il ne s’intéresse pas du tout à elle. Il ne vient pas à l’église. Marin, au moins, m’a fait un bleu ! Être reconnaissante d’un pincement, c’est vraiment ridicule ! Nella a jeté l’ancre, mais elle n’a pas trouvé où toucher terre. La chaîne la transperce – massive, impossible à arrêter, dangereuse – qui plonge dans la mer.

Folio, pages 161-162

Nella Oortmman a seulement dix-huit ans lorsqu’elle arrive à Amsterdam, dans la maison de son époux Johannes Brandt. Inexpérimentée dans tous les domaines, la jeune femme attend fébrilement que ça vie débute réellement. Et pourtant, les premiers instants de son nouveau quotidien ne sont pas à la hauteur de ses espérances, et la suite la laisse circonspecte : son riche marchand de mari n’est quasiment jamais à la maison et sa sœur, la dévote Marin avec qui ils vivent, lui réserve un accueil des plus froids. En cadeau de mariage, Johannes lui offre un cabinet reproduisant à l’identique leur intérieur. Dans le désœuvrement de ses jours, Nella va petit à petit l’agrémenter, grâce aux talents hors du commun d’une miniaturiste. Entre reproduction de la réalité et prédiction, elle se trouve peu à peu aux prises avec un monde qu’elle apprend à comprendre, mais qui lui reste bien souvent hermétique.

Miniaturiste c’est la subtile combinaison d’une maison fermée sur elle-même et pourtant soumise aux règles strictes de la guilde des marchands et de la société bienpensante de ce dix-septième siècle néerlandais. Jessie Burton donne vie à la ville d’Amsterdam et plonge le lecteur dans une ambiance où richesse et austérité se côtoient. On avance à pas de loup aux côtés de Nella, son désemparement est palpable, tant face à la distance que son mari entretient, qu’aux intrigues qui lient les personnages ou au don étourdissant de la miniaturiste. Sous ses yeux, sa vie se construit, jusqu’au jour où elle ne devient plus seulement spectatrice de son existence. Alors l’incertitude reste grandissante, mais elle peut enfin agir pour elle-même et cette nouvelle famille qui est la sienne. Un bel ouvrage qui ne m’a pas remuée plus que ça, mais dont la qualité reste indéniable.

Découvrez aussi Le Maître de Garamond d’Anne Cuneo et Eva dort de Francesca Melandri.

Écoutez les premières pages !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s