Anaïs Barbeau-Lavalette, La Femme qui fuit

Par défaut

Barbeau-Lavalette - La Femme qui fuitIl fallait que tu meures pour que je commence à m’intéresser à toi.

Pour que de fantôme, tu deviennes femmes. Je ne t’aime pas encore.

Mais attends-moi. J’arrive.

Le Livre de Poche, page 19

La femme qui fuit était sa grand-mère et, petit à petit, Anaïs Barbeau-Lavalette reconstruit son histoire : pour elle, pour nous, pour sa mère. À partir de fragments disparates, elle lui offre une vie sous forme de roman et nous livre un roman plein d’éclat. Ce texte qui lui est directement adressé est intime et explosif : aucun faux-semblant apparent mais un récit poignant où, avec l’auteure, on apprend à cerner et aimer Suzanne Méloche. Les contours restent souvent flous, tout comme notre empathie.

Dès les premières pages, l’auteure nous happe avec une sensibilité bien placée : le cadre est posé, on sait où commence et termine l’histoire. Il ne reste plus qu’à en découvrir le contenu, sans égarer dans des espoirs fictifs. En fait de péripéties, il y a des relations qui se nouent et se dénouent parfois avec une surprenante rapidité, des considérations esthétiques, et une perspective historique qui m’était inconnue. J’ai été impressionnée par l’émotion qui se dégage de ces pages, par cette quête qui cherche l’explication sans jamais verser dans le jugement ni l’excuse. Les mots sont empreints à la fois de sobriété et de poésie, animant avec brio une réflexion fine sur la filiation et la liberté.

Découvrez aussi Ça aussi, ça passera de Milena Busquets et Naissances (collectif).

Écoutez les premières pages !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s