Milena Busquets, Ça aussi, ça passera

Par défaut

Busquets - Ca aussi, ça passera– Je t’ai déjà parlé de ma théorie comme quoi si certains hommes sont obsédés par la bouffe c’est parce qu’ils ne baisent pas assez ? Et que c’est grâce à eux que survivent tous les restaurants branchés de cette ville ? Tu as remarqué qu’ils sont toujours blindés de couples d’âge mûr ? Les types, dont la montre coûte le prix d’une bagnole, parlent de la recette des croquetas, tandis que les bonnes femmes ont le regard perdu dans le vague, l’air dégoûté et ennuyé, ou alors sont absorbées dans le décompte des calories ?

– Et tu connais ma théorie comme quoi quand tu te fous de moi, c’est que tu as envie de baiser ?

– Non, je n’y avais pas pensé avant. Possible.

Folio, page 37

Suite au décès de sa mère, Blanca décide de passer du temps dans la maison que sa famille possède à Cadaquès. Comme toujours face au deuil, elle est seule. Et pourtant bien entourée : ses enfants, ses deux ex-maris, son amant, ses deux meilleures amies, le compagnon de l’une d’elle, des amis et inconnus de passage… Dans le feu de la vie, elle cherche l’apaisement, la possibilité absurde de vivre sans sa mère.

Les mots sont crus, drôles et poignants et incarnent des pensées parfois éculées mais souvent justes. Le couple sexe/mort est des plus communs, et pourtant Milena Bisquets évite nombre d’écueils. Notamment parce qu’elle parvient à parler du sexe comme du reste, sans en faire des tonnes, enfin, pas plus de tonnes que ce qu’il est déjà. L’on sent la douleur vibrante qui habite la narratrice, douleur qui donne naissance à des réflexions nécessairement naïves mais qui ont le mérite d’aller un peu plus loin que souvent dans les ouvrages de ce type et d’interroger la vie, et surtout la manière dont on la mène. Qu’il est plaisant de lire des histoires d’amour bancalement belles sans en faire tout un pataquès.

Dans des éclats de voix et de rire, entre deux gueules de bois, Blanca met un pied dans le passé et, mine de rien, continue à avancer. Alors on a envie de la suivre encore un peu…

Découvrez aussi Le Livre de ma mère d’Albert Cohen et Chocolat amer de Laura Esquivel.

Écoutez les premières pages !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s