Antoine Choplin, Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar

Par défaut

choplin-quelques-jours-dans-la-vie-de-tomas-kusarEt qu’est-ce que tu as trouvé curieux ?

Tomas baisse les yeux.

Le théâtre, il balbutie. Comme il m’est sorti de la tête. C’est ça le plus curieux.

Sorti de la tête ?

Oui. Tu as beau savoir que c’est du théâtre, tu finis quand même par plus y penser. Pendant un moment, je crois bien que j’y ai plus pensé du tout. Et ce que j’ai vu, c’était un petit monde en plus qui se retrouvait au milieu de l’autre, celui dans lequel on est pour de bon, avec le dépôt, la gare, tout le reste. Et à ce moment-là, dans ma tête, ce monde était aussi vrai que l’autre, pour ainsi dire. C’est drôle. Et même si je comprenais pas bien tout ce qui s’y passait, ça change rien, on aurait dit qu’il était vrai quand même.

La fosse aux ours, page 43

Tomas Kusar est garde-barrière à Trutnov. Ses journées sont rythmées par le passage des trains et il mène une vie simple où la nature et la photographie occupent une place importante. La venue d’une troupe de théâtre au cœur de la forêt, anodine en apparence, va avoir de grandes répercussions sur sa vie. Il rencontre Václac Havel, dramaturge dissident et futur président de la République, avec qui il noue rapidement une amitié toute en confiance et en discrétion. Et peu à peu, presque semblant de rien, il emprunte le chemin discret de la lutte.

L’humilité de la plume d’Antoine Choplin est égale à celle de ses personnages. Il y a une douceur dans l’écriture du combat qui confère à ce dernier une intimité historique. L’auteur prend le temps et compose son roman sous forme de différents tableaux dont l’agencement crée la logique et la diégèse. Il ne cherche pas l’exhaustivité et révèle ainsi l’évidence d’une résistance qui n’a pas besoin de se justifier. En passant quelques jours avec Tomas Kusar, l’on effleure un pan d’histoire sans avoir besoin d’exposé à charge. Il s’agit avant tout d’un élan de liberté, de nature et de culture.

Du même auteur, lisez La Nuit tombée.

Découvrez aussi Une fièvre impossible à négocier de Lola Lafon et Trois fois septembre de Nancy Huston.

Écoutez les premières pages !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s