Célia Houdart, Gil

Par défaut

Houdart - GilGil se rapprocha du piano et joua un do. La note se décrocha du silence. Gil tâcha de conserver en lui le son.

Il revint à sa place. Posa les mains sur ses côtes et respira un moment par le ventre.

Il fixa un point sur un mur en face de lui pour se concentrer.

Il inspira. L’air comprimait ses poumons. La sensation était celle qu’il éprouvait lorsqu’il bloquait sa respiration pour chasser un hoquet. Il effectua une première série de vocalises. Il trouva les sons trop volatils ou trop durs.

Gil s’arrêta à un la, très voilé, presque blanc, avec le sentiment qu’il s’agissait pour lui d’un cap infranchissable.

Folio, page 70

C’est une année intense qui s’annonce pour Gil, année dont le concours d’entrée au Conservatoire National sera le point culminant. Petit interlude dans les gammes, le jeune homme referme son piano le temps de vacances avec un ami dans le Sud. Ils avalent des kilomètres en voiture, accompagnés par la radio. Jusqu’à la minute où, se superposant aux haut-parleurs, un chant sort de la gorge de Gil. Sa voix d’habitude si frêle et discrète, s’épanouit le temps d’un instant, prend l’ampleur de la beauté. Soufflés, les deux amis accompagnent la fin de ce moment de grâce d’un silence chargé d’émotion. À son retour à Paris, les mains de Gil parcourent à nouveau sans fin les touches noires et blanches, travaillent les arpèges, la respiration, l’interprétation. Mais une fois au Conservatoire, sa voix devient son véritable instrument…

Avec une sobriété pleine de sensibilité, Célia Houdart écrit la mue d’un adolescent, l’éclosion d’un chant qui lui ouvre une nouvelle voie. La musique comme vie et métier, un monde où la beauté côtoie l’impitoyable. L’on suit le cheminement de l’adolescent à l’homme, la formation d’un musicien. Doté d’un grand talent, Gil travaille sans relâche. La réussite de cet ouvrage réside dans l’équilibre trouvé par l’auteure entre l’émotion pure qui se dégage de ses mots et l’implication du lecteur dans le parcours de ce chanteur, on l’accompagne. Une lecture qui m’a parlé et, sans faille, m’a troublée.

Découvrez aussi La Note secrète de Marta Morazzoni et Le Complexe d’Eden Bellwether de Benjamin Wood.

Écoutez les premières pages !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s