Marta Morazzoni, La Note secrète

Par défaut

Morazzoni - La Note secrèteEn fait, il se tourmentait autour d’un plan sans espoir de réussite, qui était de parvenir jusqu’à sœur Paola Pietra, de la revoir et de se montrer à elle. Il se réveillait la nuit avec, dans sa tête, la voix profonde du contralto dans le Stabat Mater, et il en caressait le timbre comme il l’aurait fait avec la peau de la jeune fille, si seulement il avait pu chasser la sensation rêche de la robe. Il n’avait pas souvenir d’un désir aussi intense, la nuit où il avait aidé sa femme à sortir de l’embarras suscité par ce qu’ils devaient faire. Et maintenant que, face à cette adolescente enveloppée dans l’habit monacal, il aurait voulu, tant voulu ! devenir son maître, l’impuissance la plus objective l’arrêtait au seuil du rêve. Il était en terre étrangère, et il avait affaire à une religieuse, à des us et coutumes qui lui étaient étrangers. Que pouvait-il savoir, sir John, des prouesses de son contemporain Casanova de Venise, pour lequel même un monastère sur la lagune n’était pas un obstacle suffisant à la passion, alors que, pour lui, le mur d’enceinte des bénédictines de Sainte-Radegonde était une barrière qui l’excluait définitivement ? Du moins en apparence. Il découvrit que son esprit l’amenait, plus qu’il n’aurait dû, vers le couvent, car celui-ci avait fini par devenir un sujet de conversation avec les invités des nombreux dîners auxquels il était convié. Sir John finit même par être de plus en plus présent dans la vie mondaine, dans l’espoir, sans doute peu lucide, de trouver une solution à son tourment.

Babel, page 47

Au couvent de Sainte-Radegonde, les voix s’élèvent vers le ciel. Deux se détachent par leur timbre, leur pureté, leur sortilège : le soprano de sœur Rosalba et le contralto de sœur Paola. Cette dernière est une jeune aristocrate enfermée contre son gré : la musique seule paraît alors lui ouvrir une fenêtre sur le monde. Lors d’une messe elle s’évanouit. Sir John, un diplomate anglais, vient lui porter secours. Ce simple contact brûle leur mémoire : le feu de l’interdit, de l’impossible attise des désirs inavouables. Le violoncelle de sœur Rosalba accompagne la détresse qui s’empare de la jeune fille. Jusqu’au jour où l’impensable advient : Paola et John partent ensemble, désireux de modifier leurs destins : rompre son mariage pour lui, rompre une autre sorte de mariage pour elle. S’entame alors une course effrénée à la liberté où agir s’apparente à une tranquille rébellion, unique moyen de mettre un pied hors du cadre.

Marta Morazzoni joue subtilement avec la musique et le corps, et se dégage de son écriture une pudeur mâtinée de sensualité qui préserve l’autonomie et l’intimité de ses personnages. Elle s’inspire d’un fait réel et utilise le ton de l’anecdote pour nous plonger dans la trouble réalité des deux amants. Le corps est présent à chaque instant, sous une robe de bure, nu, dans de somptueuses toilettes ou sous le tissu souple d’un pantalon d’homme. À la tentative de le brider, s’oppose la nécessité de le découvrir.

L’adresse de l’auteure réside également dans sa capacité à mêler réflexions sur le pouvoir et la beauté de musique, considérations sur le rôle et la condition de la femme, et prise de position sur la religion sans jamais tomber dans la facilité du jugement. Bien et Mal sont omniprésents, mais uniquement chez les personnages, pas chez l’écrivaine ni les lecteurs.

Découvrez aussi Le Mythe d’Eden Bellwther de Benjamin Wood et Châteaux de la colère d’Alessandro Baricco.

Écoutez les premières pages !

Publicités

"

  1. Pingback: Tom Perrotta, Professeur d’abstinence | Aux livres de mes ruches

  2. Pingback: Mona Chollet, Beauté fatale | Aux livres de mes ruches

  3. Pingback: Célia Houdart, Gil | Aux livres de mes ruches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s