Gabriel Garcia Marquez, Cent ans de solitude

Par défaut

Garcia MArquez - Cent ans de solitudeÀ l’entrée du chemin du marigot, on avait planté une pancarte portant le nom de Macondo et, dans la rue principale, une autre proclamant : Dieu existe. Pas une maison où l’on eût écrit ce qu’il fallait pour fixer dans la mémoire chaque chose, chaque sentiment. Mais pareil système exigeait tant de vigilance et de force de caractère que bon nombre de gens succombèrent au charme d’une réalité imaginaire sécrétée par eux-mêmes, qui s’avérait moins pratique à l’usage mais plus réconfortante. Ce fut Pilar Ternera qui contribua le plus à répandre cette mystification, quand elle eut l’idée ingénieuse de lire le passé dans les cartes comme, jadis, elle y lisait l’avenir. Par ce biais, ces gens qui ne dormaient pas commencèrent à vivre en un monde issu des intercurrences et du hasard des cartes, où le souvenir du père s’identifiait bon gré mal gré à celui de tel homme brun arrivé début avril, et l’image de la mère à celle de telle femme brune qui portait un anneau d’or à la main gauche, et où telle date de naissance ne pouvait que remonter au dernier mardi qu’on entendit chanter l’alouette dans le laurier. Ces pratiques consolantes eurent raison de José Arcadio Buendia qui décida alors de construire cette machine de la mémoire dont il avait déjà eu envie autrefois pour se souvenir de toutes les merveilleuses inventions des gitans. Le principe de cette machine consistait à pouvoir réviser tous les matins, du début jusqu’à la fin, la totalité des connaissances acquises dans la vie.

Points, pages 67-68

Cent ans de solitude ou l’extraordinaire aventure quotidienne de la famille Buendia. Six générations qui se croisent et se confondent, s’éteignent parfois, se rêvent aussi. Six générations perdues dans les affres de la guerre, de la modernisation, de l’amour et de la rancœur. Il arrive que les personnages égarent leur mémoire ou qu’ils nous sèment sur les chemins sinueux de la reconnaissance. Au fil des jours, ils répètent leur histoire et celles de leurs ancêtres. Parfois, ils dévient.

Gabriel Garcia Marquez est reconnu comme l’un des Grands de la littérature universelle et Cent ans de solitude bénéficie d’une aura quasi-magique. Une œuvre intouchable ? Et pourtant, les pages se tournaient sans me transporter. Une plume de qualité, c’est indéniable. Un propos fort, certainement. Beaucoup d’intérêt, et pourtant pas emballée. Jusqu’à… jusqu’à cette magnifique dernière page.

Cent ans de solitude, c’est un tout. Pas une histoire palpitante, mais une œuvre pleine : c’est ainsi qu’elle trouve son sens. Alors, lisez les 360 premières pages pour arriver à la trois cent soixante et unième… c’est une implosion du cœur.

Découvrez aussi Châteaux de la colère d’Alessandro Baricco et Beloved de Toni Morrison.

Publicités

"

  1. Moi qui ai lu Cent ans de solitude, il y a fort longtemps maintenant, je me demande si j’y retourne depuis la première page ou si je relis la dernière en attendant d’avoir le temps de replonger dans mes lectures d’antan (bon j’exagère un peu, mais aujourd’hui je me souviens seulement de la pluie, l’incessante pluie et de quelques images fugitives….). Pour l’instant, en tout cas, c’est Le Royaume des voix d’Antonio Munoz Molina qui m’occupe (716 pages d’un style fluide et dense à la fois) : ouverture à New-York et retour mémoriel en Espagne… Après Le vent de la lune et Dans la grande nuit des temps, je retrouve avec plaisir la belle écriture de Molina… Pour finir, je ne laisse pas souvent de commentaires mais je redis que l’auteur de ce joli site écrit merveilleusement bien aussi !!!

  2. Je suis ravie que tu aies enfin lu ce livre, j’attendais cette chronique avec impatience, du coup je suis un peu déçue qu’il ne t’ait transporté qu’à la dernière page. Essaye peut-être « la terrible et incroyable histoire de la candide Erendira et de sa grand-mère diabolique », un recueil de nouvelles du même auteur…
    Un abrazo!

  3. J’ai ressenti la même chose que toi et je suis vraiment déçue, d’autant plus que ce livre m’a été conseillé par une amie complètement fan de cet auteur et de ce livre… J’aurais presque envie de le relire, j’ai l’impression d’être passée à côté de l’essentiel…

  4. Je l’ai lu il y a longtemps, et je n’en ai pas gardé un souvenir impérissable (mon dieu, qu’ose-je dire sur le grand Garcia Marquez). 100 de solitude a été balayé pour moi par « Chronique d’une mort annoncée », beaucoup plus court, mais qui m’a prise aux tripes pour ne pas me lâcher.
    C’est souvent le cas avec les classiques d’ailleurs, une légère déception, parce qu’on attend beaucoup, et sans doute pas ce qu’il faut…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s