Marie Pavlenko, Le Livre de Saskia

Par défaut

Pavlenko - Le Livre de Saskia– Je ne te veux aucun mal, d’accord ? précisa-t-il, magnanime, en regardant droit devant lui.

– Super ! Y a plus de problème alors !

– Non, pas de problème. Il faut juste me faire confiance.

– OK, grognai-je. Disons que ça ne me pose pas de problème. Tu me suis, oui, voilà, super, tu me suis. Dis-moi au moins pourquoi ! Pourquoi tu me suis ? C’est dingue !

– Je suis là, c’est comme ça. Il va falloir faire avec.

J’aurais voulu lui lancer une pique mémorable mais ne trouvai rien à dire. Et même si pour l’instant ça m’exaspérait, mon objectif principal était de rentrer et de stopper l’insupportable douleur qui se répandait maintenant dans tout mon bras. Je boudai donc, silencieuse à mon tour. Tod m’imita, visiblement peu intéressé par une quelconque discussion.

Scrineo Jeunesse, page 60

Saskia vient tout juste d’avoir dix-huit ans et entre en terminale dans un nouveau lycée. Cependant, ceci ne se révèle pas être le plus gros bouleversement de l’année à venir. En effet, la pierre qu’elle porte depuis qu’elle a été trouvée devant la porte d’un orphelinat en Inde se révèle être bien plus que cela et deux êtres la suivent sans discontinuer. Un jeune garçon, très beau, et une jeune fille, très belle aussi, forcément. Un garçon et une fille donc, mais qui parlent une langue étrange. Et qui remettent en cause toutes ses certitudes quant au monde dans lequel elle est persuadée de vivre. C’est un long entraînement qui commence et la découverte d’une nouvelle réalité… Enkidar.

Dans une production de livres fantastiques pour adolescents toujours plus abondante, il est parfois difficile de s’y retrouver et de bien choisir. Des déceptions, il y en a. Et des perles rares aussi. En l’occurrence, avec Le Livre de Saskia, j’ai retrouvé ce sentiment plaisant qui est de ne pas vouloir éteindre la lumière le soir et de regretter de ne pas avoir déjà acheté le second tome… Chose de plus en plus exceptionnelle pour ce type de littérature – que j’affectionne tout particulièrement – la plume de l’auteure est très agréable et fluide. Bien sûr, on aurait pu à mon avis éviter quelques longueurs et laisser plus d’autonomie au lecteur quant aux questions à se poser et aux réponses à trouver, mais quand même, Marie Pavlenko a réussi son pari (enfin, si pari il y a eu, c’est juste une supposition). Dans tous les cas, j’ai passé un très agréable moment et l’envie me démange de lire la suite…

 Écoutez les premières pages !

Découvrez aussi L’Autre de Pierre Bottero et La Fille aux licornes de Lenia Major.

Publicités

"

  1. Pingback: Juillet 2013 | Aux livres de mes ruches

  2. Pingback: Anne Plichota et Cendrine Wolf, Oksa Pollock | Aux livres de mes ruches

  3. Pingback: Christelle Dabos, La Passe-miroir | Aux livres de mes ruches

  4. Pingback: Pierre Bottero, La Quête d’Ewilan | Aux livres de mes ruches

  5. Pingback: Jean-Claude Mourlevat, Terrienne | Aux livres de mes ruches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s