Régis de Sà Moreira, Mari et femme

Par défaut

Sa Moreira - Mari et femmeL’air s’alourdit.

Vous vous dévisagez à présent, ta femme et toi, toi et ta femme, assis l’un à la place de l’autre à la table de votre cuisine.

Vous vous accrochez à la table.

Vous essayez de supporter ce qui vous arrive.

De vous supporter.

Vous n’osez pas encore vous parler.

Si vous aviez le cœur à rire, vous ririez sûrement.

Mais votre cœur est las et vous ne riez pas.

Tu es elle et elle est toi.

Pour une séparation, c’est raté.

Le Livre de Poche, pages 17-18

Ils se réveillent un matin et tout a changé. Les bras, les jambes, les yeux, les cheveux. Plus rien ne leur appartient. Dans son corps à elle, son histoire à lui. Dans son corps à lui, son esprit à elle. « Pour une séparation, c’est raté. »

Moins de deux cents pages, des chapitres brefs, des mots incisifs. Les quotidiens s’inversent, laissant le champ libre à la découverte de soi par l’autre. Ou de l’autre par soi. Ils ne savent plus bien, et nous non plus. Une main posée sur un corps, les regards qui se confondent et les personnalités qui se heurtent. C’est la rencontre du lit dans la chambre et du canapé dans le salon. C’est la renaissance d’un homme et d’une femme. C’est une histoire d’amour. Alambiquée, un peu destructrice, mais belle.

Et l’auteur fait naître l’envie, peut-être, de se mettre à la place de l’autre. De comprendre. Et de résoudre.

Du même auteur, lisez Le Libraire.

Découvrez aussi La Femme rompue de Simone de Beauvoir et Tout ce que j’aimais de Siri Hustvedt.

Publicités

"

  1. Pingback: Jane Austen, Orgueil et Préjugés | Aux livres de mes ruches

  2. Pingback: Luis Sepùlveda, Le Vieux qui lisait des romans d’amour | Aux livres de mes ruches

  3. Pingback: Kéthévane Davrichewy, Les Séparées | Aux livres de mes ruches

  4. Pingback: Jane Austen, Persuasion | Aux livres de mes ruches

  5. Pingback: Mathias Malzieu, La Mécanique du coeur | Aux livres de mes ruches

  6. Pingback: Régis de Sà Moreira | Aux livres de mes ruches

  7. Pingback: Maria Pourchet, Rome en un jour | Aux livres de mes ruches

  8. Pingback: Elena Ferrante, Les Jours de mon abandon | Aux livres de mes ruches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s