Stephenie Meyer, Twilight

Par défaut

Meyer - TwilightAu matin, j’eus beaucoup de mal à résister à la partie de moi qui était persuadée que ce qui s’était passé la veille relevait du rêve. La logique pas plus que le bon sens n’étaient de mon côté. Je m’accrochai à ce que je n’avais pu inventer – son odeur par exemple. J’étais sûre que jamais je n’aurais été capable de l’imaginer. Dehors, le temps était sombre et brumeux – l’idéal. Il n’aurait pas de raisons de sécher le lycée aujourd’hui. Je mis des vêtements épais en me rappelant que je n’avais plus de coupe-vent. Preuve supplémentaire que ma mémoire ne me jouait pas de tour.

Tome 1, Fascination, page 215

Qui aujourd’hui ne connaît pas la saga Twilight ? Et pourtant, elle a très mauvaise presse dans de nombreux milieux. On lui reproche d’être insipide, à l’eau de rose, mal écrite et pour les jeunes filles en mal d’amour (je cherche toujours à savoir pourquoi ce dernier point en ferait d’office un mauvais livre). On dit aussi qu’il ne s’agit pas de vrais vampires. Ah oui ? Parce que vous en connaissez beaucoup des vrais vampires ?

Donc oui, chez Stephenie Meyer, les vampires brillent au soleil et il n’y a pas de sexe avant le mariage. Of course, on est chez les Mormons. Mais quand même, on ne peut pas dénigrer une imagination certaine et un style qui, ma foi, n’est pas mauvais (à défaut d’être bon). Et je lui reconnais de m’avoir fait passer un bon moment de lecture et d’avoir constitué un sujet de mémoire passionnant. Car si l’on cherche plus loin que la bleuette, on peut trouver plein de choses : certaines simplement plaisantes et d’autres, à mon avis, fortement contestables. Pourtant, si Twilight jouit d’une telle renommée depuis plusieurs années, ce n’est sûrement pas pour rien…

Ah et j’oubliais la petite histoire : Bella déménage à Forks et là, elle rencontre Edward, un vampire version angélique. Paf, c’est le coup de foudre. Tout est là pour les séparer, mais bon, l’amour triomphe toujours. Et c’est sympa.

Publicités

"

  1. Personnellement j’ai d’abord vu les premiers films, puis j’ai commencé à lire le premier tome parce que je me disais que le cinéma embellissait le truc pour avoir des ados qui payerait leur place. ET BIM ! J’ai pas du tout accroché, je l’ai même pas fini.

    « On lui reproche d’être insipide, à l’eau de rose, mal écrite et pour les jeunes filles en mal d’amour (je cherche toujours à savoir pourquoi ce dernier point en ferait d’office un mauvais livre). »

    Il est pas insipide, il y a de l’imagination c’est sûr, à l’eau de rose, beaucoup trop, ce qui fait qu’en tant que mâle, bah j’ai lâché l’affaire ! Je dirais que c’est pas ma came, des mecs s’y retrouverait peut-être hein, mais pas moi !

    J’ai néanmoins kiffé l’histoire et j’ai payé ma place à chaque sortie de film !
    Bon livre, peut-être, mais bon films ! 🙂

  2. Ah mais on a le droit de pas aimer ! (encore heureux) Mais c’est vrai que plusieurs fois en disant le titre de mon mémoire « Le mythe du vampire dans la littérature adolescente », j’ai eu des réactions un peu méprisantes du genre : « Tu aimes bien Twilight ? Mais c’est nul ! » et toujours de la part de gens qui n’avaient pas lu les livres… Clairement, ce n’est pas le meilleur livre de l’année (pour commencer, l’histoire d’amour me déprime un peu : quand on est de tout nouveaux amoureux, on est pas censés être un peu heureux ? Et rire de temps en temps ?) mais je trouve dommage que bien souvent on n’aime pas Twilight par principe ! Et je crois que c’est la première fois que j’entends du bien des films 🙂

  3. Pingback: Monika Feth, Le Cueilleur de fraises | Aux livres de mes ruches

  4. Pingback: P. C. Cast et Kristin Cast, Marquée | Aux livres de mes ruches

  5. Enfin qq’un qui dit ce qu’il pense et qui ne suit pas simplement « la mode » (c’est dire soit détester soit adorer ):)
    Je l’ai lu avant que ca fasse un carton international (avant les films donc) et je dois avouer avoir passé un bon moment. Même si des fois c’est un peu ringard ou gnangnan, j’avoue avoir dévoré les 3 premiers tomes. Bon après ce n’est pas le livre du siècle non plus hein, mais la lecture reste agréable et sans prise de tête. Par contre je dois avouer que le succès rencontré me dépasse totalement.

    • J’ai également dévoré les livres : 4 tomes = 4 jours. En revanche, j’ai trouvé certains passages encore plus énervants que gnangnan et je n’aime pas la vision du couple que ça donne, où heureusement que l’homme est là pour protéger sa femme et où cette dernière se laisse réellement mourir de tristesse quand il part… Après quand tu creuses un peu plus ça dit aussi plein de trucs intéressants sur la société dans laquelle on vit, et notamment parce que ça a eu ce succès.
      Par contre, je ne sais pas sur quelle planète je vivais, parce que c’était déjà un bestseller quand je l’ai lu (le 2e film allait juste sortir), mais je n’en avais jamais entendu parlé… Etrange.

  6. Pingback: Anne Rice, Entretien avec un vampire | Aux livres de mes ruches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s